Google+

↑ Retour à Vie estudiantine

Imprimer ceci Page

Règles de sécurité /!\

Paris est une ville dangereuse, et il convient d’être un minimum préparé. Je citerai un de mes meilleurs amis (oui Yann R, c’est toi ^^) qui a énormément voyagé :

[important]« J’ai fait le tour du monde et la seule ville où j’ai eu un problème, c’est Paris ! »[/important]
Sachant qu’il a déjà dormi dans la rue avec ses bagages en Allemagne et dans un marais en Asie, il sait de quoi il parle. Moi-même, il m’est arrivé plusieurs désagréments et j’espère sincèrement vous les éviter.

Je listerai ici des recommandations essentielles et vous parlerai de certaines arnaques.

Argent

Restez méfiants

A Paris, personne ne vous veut du bien (mis à part faaitoito.fr ^^). Demandez-vous toujours pourquoi un inconnu veut vous donner de l’argent ou veut vous donner un coup de main. Les Parisiens ne sont pas de grands altruistes, donc quand c’est le cas, ça sent l’arnaque !

C’est comme l’ingénierie sociale en informatique. Sur Wikipédia, elle est définie comme  « une forme d’acquisition déloyale d’information et d’escroquerie, utilisée en informatique pour obtenir d’autrui, un bien, un service ou des informations clefs […] en abusant de la confiance, de l’ignorance ou de la crédulité des personnes ». Les escrocs vont jouer sur votre empathie, votre pitié pour que vous leur donniez de l’argent, mais rappelez-vous que vous ne leur devez rien !  

Les escrocs à la charité publique 

Les escrocs n’hésitent pas à se faire passer pour des bénévoles d’associations diverses pour vous soutirer de l’argent (SIDA, cancer, association des sourds et muets, associations pour aider les enfants défavorisés). C’est un délit qualifié « d’escroquerie à la charité publique ».

Je vais vous expliquer une de leurs techniques. Une personne veut vous vendre quelque une babiole peu onéreuse (carte postale, sachet de bonbons…) en avançant récolter de l’argent au nom d’une cause charitable.
Si vous payez en pièces, elle vous demande si vous n’avez pas un billet arguant du fait qu’elle est trop chargée en pièces. Quand vous tendez le billet, elle vous propose alors que vous preniez plus de babioles en vous rendant moins de monnaie et en gardant fermement le billet. Sur le fait, les gens n’osent pas protester.
Bien évidemment, si vous payez avec un billet, elle vous fait directement le coup de vous rendre moins.

[notice]Si vous êtes victime d’une telle escroquerie, n’hésitez pas à contacter le plus rapidement possible la police. Ce type d’escrocs reste parfois un certain temps au même endroit.[/notice]

La solution : ne jamais rien donner à des personnes qui vendent des choses dans la rue, au nom de causes charitables. Au pire, répondez que vous ferez un don par le biais de leur site (les grandes associations en ont un). Les associations qui veulent récolter des fonds organisent toujours des évènements (kermesses, faire des papiers cadeaux). Ou bien, elles demandent toujours des paiements par virement trimestriels ou mensuels après avoir rempli un formulaire, qui est distribué par une personne munie d’un gilet portant le logo de l’association.

Attention à votre portable et votre porte-monnaie

Gardez votre porte-monnaie et votre portable près de vous. Ne les mettez surtout pas dans les poches extérieures de votre manteau. Elles sont facilement accessibles. Préférez poches intérieures, ou encore les poches de votre jean où vous pourrez les sentir .
Quand vous vous installez à la table d’un café ou d’un restaurant, ne posez ni votre porte-monnaie, ni votre portable sur la table. Il serait facile pour une personne de vite passer et de tout vous dérober.

Je vais vous raconter une mésaventure arrivée à une amie lors de ma première année en France, alors que j’étais avec elle. Je l’appelle « le coup du journal ». Nous étions au Mc Donald quand un vendeur de journaux sociaux est venu nous voir.

Ma pote avait laissé son porte-monnaie sur son plateau. Il a posé un journal sur la table en demandant si nous étions intéressés, nous avons répondu non. Il est reparti et en a profité de subtiliser son porte-monnaie quand il avait posé son journal.

Téléphone portable

Smartphone ratp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand vous utilisez votre smartphone en pleine rue, ou dans le métro, restez vigilant et mettez-vous dans une position dans laquelle vous pouvez voir les gens qui arrivent vers vous.

Après l’acquisition de votre téléphone portable, notez le numéro IMEI de votre téléphone, composé de 15 à 17 chiffres, et qui en quelque sorte son ADN. En cas de vol, il est possible de bloquer l’utilisation de votre mobile grâce à ce numéro, et aucune carte SIM ne pourra être utilisée dessus. Ce dernier se trouve sur la batterie, sur l’emballage à côté du code barre, ou vous pouvez l’obtenir en tapant *#06#. 
Bien évidemment, vous ne noterez pas ce numéro dans votre téléphone, mais envoyez-le-vous par email par exemple.

Protéger sa carte bancaire.

A l’extérieur
Quand vous payez avec votre carte bancaire, ne la perdez pas de vue. Le serveur qui part avec votre carte, pour la mettre dans la machine, peut la prendre en photo avec son smartphone et par la suite faire des achats sur Internet à vos frais.
Même si les banques ont amélioré la sécurité des paiements par carte sur le net (elles vous envoient un SMS quand vous payez sur Internet pour vérifier que c’est bien vous), ce n’est pas toujours le cas et mieux vaut être prudent.
Collez une pastille ou coloriez (avec un feutre CD) le numéro de sécurité de votre carte (celui composé de trois numéros). Cela n’empêchera pas pour un escroc de l’utiliser, mais il sera plus difficile de copier les informations de votre carte pour un fraudeur.

Au distributeur

Au distributeur, faites en sorte que personne ne puisse voir quand vous composez votre code secret.
Personnellement, je mets mon porte-monnaie au-dessus du pavé numérique quand je compose mon code.
En effet, une personne derrière vous, voire une mini-caméra peut mémoriser votre code. Par la suite, il sera facile pour les escrocs de dérober votre carte, voire de recopier sa bande magnétique grâce à des appareils adaptés (ils font parfois passer ça pour des terminaux de paiement).

La technique du collet

Lors de mes premières années en France, il y avait une technique répandue dite du « collet ».
Les voleurs placent un collet dans la fente où vous insérez votre carte (c’est une sorte de petit fil de fer avec la façade de la fente pour insérer sa carte). Celui-ci a pour objectif de bloquer votre carte avant qu’elle ne rentre dans la machine. Par la suite, le voleur pourra la récupérer.
Pour obtenir votre code, le voleur sera juste derrière vous et mémorisera votre code au moment où vous le composez, ou alors se présentera à vous une fois que vous vous rendez compte que votre carte bancaire est coincée dans la machine. Il vous expliquera alors qu’il lui est arrivé la même chose, et qu’en recomposant son code, la carte est ressortie. Quand les gens recomposeront alors leur code, le voleur pourra retenir les quatre chiffres, mais la victime ne récupérera pas pour autant sa carte bancaire. Même sans le code, la carte peut être utilisée pour des achats par Internet.

Dans tous les cas, vérifiez fréquemment les débits sur votre compte. Si vous détectez des irrégularités, faites opposition à votre carte bancaire le plus vite possible. Vous pourrez par la suite obtenir remboursement auprès de votre banque.

Le réseau Hamidovic

Les fausses sourdes et muettes

Il ne faut pas se fier aux apparences, même les enfants volent. La mafia des pays de l’est force des petites filles à dérober de l’argent. Comme elles sont mineures, le risque pénal est moins grand, de plus, les gens se méfient moins. Avec ma colocataire, on les appelle les « Hamidovic » car quand elles se font attraper par la police, elles disent que c’est leur nom de famille. En effet, il est très répandu en Roumanie et de ce fait, il est plus difficile de les identifier. Ce serait comme s’appeler « Tetuanui » à Tahiti.

Quand vous vous promenez dans Paris, vous pouvez parfois apercevoir des groupes de jeunes filles soit-disant « sourdes et muettes », avec des écritoires en plastique sur lesquels il y a une feuille pour récolter des dons.
Elles vous font croire que vous donnez pour une association, alors que cet argent bénéficiera à la mafia ! Vous pouvez les voir agiter leurs mains dans tous les sens, pour simuler la langue des signes mais on peut les apercevoir une heure après avec un mp3 aux oreilles.

Rester attentif !

Attention, les Hamidovic ne se contentent pas de mendier, elles se mettent parfois à plusieurs pour vous dépouiller. Une détourne votre attention en vous tapant sur l’épaule, tirant vos cheveux et une autre fouille vos poches. Elles cachent ensuite leur butin derrière leurs écritoires.
Ma colocataire, parce qu’elle a été alerte, a pu déjouer une tentative de vol. Une fille lui a tapé l’épaule avec son écritoire et quand elle s’est retournée, une autre lui a piqué son Iphone (qui était dans la poche extérieure de son manteau). Quand elle s’est rendue compte qu’on détournait son attention, elle a fouillé ses poches et ne retrouvait plus son téléphone. Elle a vu une fille avec un écritoire devant elle et a tapé sur celui-ci. Son Iphone qu’elle dissimulait est tombé et ma colocataire a pu le récupérer.

Dans le métro

Elles sont souvent dans le métro, pour faire les sacs des badauds. Quand vous les repérez, éloignez-vous-en ! Elles sont en bande, et regardent un peu partout autour d’elles. Elles ont un comportement facilement reconnaissable. Elles préfèrent les rames bondées et poussent tout le monde quand elles rentrent pour détourner l’attention des gens.
[warning]Attention également aux escaliers, se sont des endroits privilégiés pour les pick-pockets. En effet, les gens font plus attention où ils mettent les pieds, et moins à leur sac ou porte-monnaie. [/warning]

Les 5 techniques les plus utilisées dans le métro selon 20 minutes 

-Attirer l’attention par un combat ou une dispute. Les spectateurs deviennent alors des proies faciles pour les pickpockets.
-Crier « au voleur » pour que les gens vérifient si leur porte-monnaie est toujours là. Les voleuses peuvent ainsi mieux les repérer et les subtiliser.
-Attendre le signal sonore du métro pour voler quelqu’un, qui est dans la rame depuis le quai. Ainsi, quand les portes se ferment, il n’est plus possible d’agir.
-Le coup du ticket : quelqu’un fait tomber son ticket et quand la victime se penche pour l’aider, elles en profitent pour lui faire les poches.
-Attaquer les personnes qui reviennent de soirée et qui prennent les premiers métros, Elles sont trop ivres ou fatigués et deviennent des proies faciles.

La pré-plainte en ligne pour l’atteinte aux biens

Pré plainte

 

 

 

 

 

 

 

Quand vous êtes victime d’une atteinte à vos biens (et non à l’encontre de votre personne) et que vous ne connaissez pas l’identité de l’auteur, vous pouvez effectuer une pré-plainte en ligne.

Les infractions concernées sont par exemple :

-Le vol (à votre domicile, dans un véhicule, de deux roues) ;
-La dégradation de biens privés ;
-L’escroquerie ou l’abus de confiance…

Vous pourrez également par ce biais, obtenir un rendez-vous auprès du commissariat de police ou la brigade de gendarmerie de votre choix. Vous aurez 30 jours à partir de l’accusé de réception de la pré-plainte pour la signer. Les avantages de la pré-plainte en ligne sont le gain de temps (surtout si vous êtes en vacances), le fait de pouvoir choisir le lieu et l’heure que vous aurez décidé.

Pour la pré-plainte en ligne : www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr

Lien Permanent pour cet article : http://www.faaitoito.fr/vieestudiantine/securite/

1 Commentaire

  1. MAZUEL Karine

    Domicilié à HERBEYS – 26 impasse d’anaïs. Dans la nuit du 22/04/2015 entre 22h30 et 7h je me suis fait volée 2 vélos (1 adulte et 1 enfant « 9ans ») sur la terrasse de mon habitation avec un portail fermé et les vélos attachés.
    Entre 17h et 19h des personnes inhabituelles tourner dans le bourg du village d’ Herbeys dans une voiture Laguna bleu et à pied sur la plaque d’immatriculation il y avait les lettres CB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>